Rechercher un article

Avec 178 000 m² placés, Toulouse conforte son statut de 3e marché régional de bureaux

Avec 178 000 m² placés, Toulouse conforte son statut de 3e marché régional de bureaux

Belle performance du marché de l'immobilier de bureaux de l’agglomération toulousaine qui affiche une croissance de 9 % en 2018, due notamment à la bonne tenue du neuf. Les loyers restent globalement stables.

Avec 178 000 m² placés, Toulouse conforte son statut de 3e marché régional de bureaux

Le neuf soutient le marché de l'immobilier de bureaux à Toulouse

Au terme d’un quatrième trimestre très actif avec 64 000 m² placés, le marché de bureaux de l’agglomération toulousaine affiche une demande placée de 178 000 m², soit une croissance de 9 % sur un an et 30 % de plus que sa moyenne décennale.Selon l'Observatoire toulousain de l'immobilier d'entreprise (OTIE), c’est l’écoulement des bureaux neufs ou restructurés qui a favorisé ces bons résultats : 95 500 m² neufs ont été placés en 2018, en hausse de 29 % sur un an. A titre d’exemple, citons les 14 200 m² à Montaudran réalisés, en compte propre, par AirBus Défense & Space. Trois secteurs ont le vent en poupe, réalisant près de 40 000 m² : Est et Sud-Est avec des mouvements d’entreprise de l’aéronautique ainsi que le Nord-Ouest où la zone de l’aéroport continue de capter une part significative de la demande tant dans le neuf que pour les surfaces de seconde main. L’offre immédiate affiche une légère décrue, de l’ordre de 9 % à 219 000 m² en un an, principalement sur le segment du neuf. Le choix des utilisateurs est plus ouvert sur les bureaux de seconde main notamment dans le Grand Ouest. L’offre à un an est tendue, avec seulement 50 000 m².

demande-bureaux-toulouseavril2019
Une croissance de 9 % en un an. © Otie /Cushman & Walkefield

Des valeurs locatives stables pour les bureaux toulousains

Selon l’étude Cushman & Wakefield, les loyers des bureaux sont demeurés stables en 2018. Dans le neuf ou le restructuré, la valeur moyenne s’affiche à 160 €/m²/an avec des pointes à 220 €/m²/an dans les immeubles « prime » du centre ville. A l’inverse, sur Montaudran, Basso-Cambo ou Saint-Martin Ramassiers, les valeurs dépassent rarement les 145 €/m²/an. Les loyers de seconde main tournent autour d’une valeur moyenne de 125 €/m²/an qui s’articule autour de valeur « prime » à 170 €/m²/an dans le centre et de valeur plancher à 115-125 €/m²/an sur Montaudran et Basso-Cambo. La zone aéroportuaire et Balma Gramont affichent des loyers intermédiaires entre 125 et 135 €/m²/an.

loyers-toulouse-avril2019
Stabilité sur le neuf comme sur l'ancien. © Otie /Cushman & Walkefield