Rechercher un article

Entre commerces et bureaux, la Gare du Nord se transforme sous fond de polémique

Entre commerces et bureaux, la Gare du Nord se transforme sous fond de polémique

La transformation de la gare du Nord, dans son volet commercial, suscite de virulentes polémiques. Le premier recours donne le feu vert à ce projet commercial. Mais d’autres ripostes ne sont pas à exclure.

Entre commerces et bureaux, la Gare du Nord se transforme sous fond de polémique

Gare du Nord : le projet global XXL accepté en juillet 2018

La première pierre de la gare du Nord dans son allure actuelle fut posée en 1864. Il a fallu attendre 1981, avec l’arrivée du RER B, puis 1993 pour accueillir le TGV et l’Eurostar et 2001 avec l’agrandissement du hall des départs pour que d’importantes transformations aient lieu. Le projet total de rénovation actuel, mené par le cabinet d’architecture Valode & Pistre, pour faire face à un afflux massif de voyageurs depuis des années, avec actuellement 700 000 voyageurs par jour et d’ici 2030 avec 900 000 voyageurs, avait été accepté en juillet 2018 par la mairie de Paris, Ceetrus, la foncière du groupe Auchan, la SNCF et SNCF Gares et Connexion. Avec pour objectif de faire une gare du XXI è siècle, répondant aux attentes des voyageurs tout en étant connectée avec la ville, avec notamment des services et des commerces. Au programme :

  • 37 000 m² d’espaces et de circulation vs 15 000 m² aujourd’hui pour que les voyageurs puissent circuler facilement et disposer de salles d’attente.
  • 50 000 m² d’espaces et de services vs 10 000 m² actuellement avec 5 500 m² d’espaces de coworking, une crèche, des activités culturelles, restaurants de toute nature et commerces tant pour les voyageurs que pour les riverains.
Bon à savoir

Le projet s’inscrit dans un développement durable de l’environnement  avec 7 700 m² d’espaces verts et 3 200 m² de panneaux photovoltaïques

Le volet commercial de la gare avec plus de 16 000 m² suscite la polémique

La première salve a été tirée, en septembre 2019, par plusieurs architectes de renom comme Jean Nouvel ou Roland Castro, jugeant ce projet « pharaonique » et « inacceptable ». C’est plus particulièrement la partie du volet commercial portant sur une extension de 16 321 m² qui a ouvert les hostilités. La commission nationale d’aménagement commercial, (CNAC), appelée à se prononcer après l’avis défavorable de la commission départemental d’aménagement commercial, a validé le projet le 10 octobre. Une décision qui ouvre, selon l’AFP, la voie à la délivrance du permis de construire indispensable pour démarrer les travaux. Outre un collectif de grands architectes, la mairie de Paris, qui avait pourtant donné initialement son feu vert juge, à quelques mois des élections municipales, ce projet inadapté à l’environnement et n’exclut pas de déposer un nouveau recours si le projet n’évolue pas. Du côté des partisans du projet, le secrétaire d’Etat aux Transports, la présidente de la région d’Ile de France et d’Ile de France Mobilités le qualifient d’ultraprioritaire. La SNCF met aussi en avant l’urgence à désaturer la gare, gros carrefour de transports avec trains de banlieue, grandes lignes vers les Hauts de France, la Belgique et Londres, lignes de métro et RER.