Commerce : la course aux meilleurs emplacements parisiens

Commerce : la course aux meilleurs emplacements parisiens
partage(s)

Paris reste une terre d’élection pour les enseignes internationales qui cherchent à s’installer sur le marché français. Les marques captent les meilleurs emplacements et font grimper leurs valeurs locatives.

Paris a accueilli plus de 30 millions de touristes en 2014 et rivalise avec Londres en tête des destinations mondiales de shopping. L’augmentation des capacités d’accueil de l’offre hôtelière sur le segment du haut de gamme et du luxe favorise la croissance des séjours de cette clientèle internationale à fort pouvoir d’achat.

Les Champs Elysées, le rêve de toutes les marques

Evènement de l’année : la location des anciens locaux occupés par Virgin jusqu’en 2013 et propriété du fonds Qatar. Avoir pignon sur rue sur l’avenue des Champs Elysées est le rêve de toute enseigne internationale ou nationale présente sur toutes les plus grandes artères mondiales. Louis Vuitton, Guerlain, Cartier, Renault mais aussi Abercombie et Fitch, Sephora, IKKS… font partie des incontournables. La transaction a du bruit.

  • Au numéro 52 de l’avenue des Champs Elysées, 9 738 m² (les anciens locaux occupés par Virgin plus une extension) ont été loués par les Galeries Lafayettes.

Le Marais, en pleine ébullition

Comparé au marché des Champs-Elysées ou de l’Opéra, celui du Marais tient encore du micro-marché. Mais les transactions s’accélèrent, laissant présager une extension de la commercialité. Le prêt à porter, mais aussi les boutiques branchées liées à l’alimentation arrivent en ordre serré :

  • J.Crew  sur 128 m² et Hankjo Benhavn sur 68 m² rue des Rosiers.
  • Arche, sur 40 m², rue des Francs  Bourgeois.
  • Nature et Découverte sur 600 m² rue Sainte-Croix de la Bretonnerie.
  • Eataly, spécialiste de la gastronomie italienne sur 5 000 m² avec boutique et restaurant.

Concorde, Madeleine, Opéra : des secteurs incontournables !

Beaucoup d’agitation dans ces quartiers traditionnellement commerçants et l’arrivée de belles enseignes. Selon une étude menée par Cuhsmann & Wakefield, plusieurs grands projets se développent :

  • La restructuration du Louvre des Antiquaires et ses 15 000 m² de commerces.
  • L’ouverture, place de la Madeleine, d’un magasin Leroy-Merlin sur 5 000 m².
  • L’ouverture, place Vendôme, d’une boutique Potel et Chabot sur 2 600 m².

Les loyers parisiens globalement stables

Les valeurs locatives ne s’emballent plus sauf dans le Marais où les petites surfaces récemment prises à bail se sont envolées pour parfois rejoindre celles de la rue Saint-Honoré :

  • 8 000/23 000 €/m²/an sur les Champs Elysées.
  • 4 500/9 000€/m²/an rue Saint-Honoré.
  • 4 000/7 000 €/m²/an avenue Montaigne.
  • 3 000/6 000€/m²/an rue des Francs Bourgeois.
  • 1 500/3 000 €/m²/an  bd des Capucines/Madeleine.

Bon à savoir

Entre ces artères reconnues et les autres, même proches, le clivage peut être important. Selon Cushman &Wakefield, certaines portions de voies secondaires voient leur taux de vacance augmenter et leurs valeurs locatives chuter.

La rédaction vous conseille :