Immobilier de bureaux : les investisseurs Sud-Coréens lorgnent l’Europe

Immobilier de bureaux : les investisseurs Sud-Coréens lorgnent l’Europe

Dans les investissements asiatiques en direction de l’Europe, la Corée du Sud fait une véritable percée, triplant ses placements en immobilier de bureaux en 2017. Sept marchés dont la France sont prioritaires.

Les Sud-Coréens aiment l'immobilier de bureaux européen

Selon une enquête Savills, les investissements chinois en immobilier de bureaux ont atteint, en 2017, des sommets en Europe avec 9,5 Mds €, en forte hausse par rapport à la moyenne de 2,7 Mds € enregistrée sur 5 ans. Au premier semestre 2018, suite aux restrictions du gouvernement chinois à destination des investissements étrangers non stratégiques, ceux-ci sont passés de 37 % en 2017 à 7 % entre janvier et mai 2018. Dans la totalité des investissements asiatiques en Europe, la part de la Corée du Sud est passée de 8 % au cours des cinq premiers mois 2017 à 25 % sur l’ensemble de l’année et Singapour de 17 à 27 %.

L’Europe restera une destination attrayante pour les investisseurs asiatiques car elle est portée par une économie en croissance, un faible taux de chômage et une demande d’occupation soutenue pour des immeubles d’utilisation traditionnelle aussi bien qu’alternative ».

Marcus Lemli, responsable de l’investissement chez Savills.

7 marchés immobiliers prioritaires en Europe

Toujours selon la même étude, 95 % des investissements immobiliers asiatiques sont tournés vers sept marchés prioritaires. La France vient en troisième position après le Royaume-Uni et l’Allemagne, suivie par les Pays-Bas, l’Italie et la Belgique. Sur les cinq premiers mois de cette année, si le Royaume-Uni reste en tête, il baisse à 65 % tandis que l’Allemagne monte à 22 % et la Belgique à 11 %.

investissement asiatique en Europe