Île-de-France : la demande placée de bureaux augmente de 6 % sur 9 mois !

Île-de-France : la demande placée de bureaux augmente de 6 % sur 9 mois !

Malgré un fléchissement au troisième trimestre, la demande placée de bureaux, en Île-de-France, reste élevée à 1 874 000 m² sur les neuf premiers mois de 2018. Conséquences : le taux de vacance diminue et les loyers augmentent.

Une tendance positive du marché malgré un 3e trimestre en repli

Avec 509 000 m² de bureaux placés, le troisième trimestre 2018 fait pâle figure par rapport aux deux premiers trimestres, particulièrement dynamiques, qui totalisaient 1 370 400 m². Selon l’Observatoire Immostat, par rapport au troisième trimestre 2017, la chute est forte, à 17 %. Plusieurs raisons expliquent ce repli du marché : la période estivale, le glissement de plusieurs signatures importantes mais surtout une offre insuffisante pour les petites et moyennes surfaces de moins de 1 000 m². Malgré cette baisse du troisième trimestre , la tendance reste très positive sur les neuf premiers mois avec 1 874 000 m² placés, en hausse de 6 %. Parmi les belles dernières transactions, deux se situent à La Défense : 11 000 m² loués par Dalkia dans la Tour Europe et 6 300 m² par Louvre Hôtel dans la Tour Voltaire.

immostat_demande_zone_bureaux
Paris Centre Ouest reste le premier marché demandé par les utilisateurs au troisième trimestre 2018. ©Immostat

Les principaux moteurs de la demande proviennent de la nécessité des entreprises à transformer leurs modes et leurs organisations de travail autour du thème de l’agilité et de la flexibilité tout en exigeant un fort besoin de centralité pour capter et conserver les meilleurs talents ».

Eric Siesse, DG adjoint du pôle Bureaux locatifs IDF de BNPRE Transaction

Un taux de vacance des bureaux en diminution à 5,5 % en moyenne

Corollaire d’une demande placée forte, la baisse de la vacance des bureaux se poursuit en Île-de-France. Toujours selon Immostat, Paris QCA affiche un taux de disponibilité historiquement bas (1,5 %) suivi par les secteurs de Paris hors QCA (2,6 %) et La Défense (4, 5 %). La première couronne passe en dessous des 8 % malgré une offre importante de bureaux de seconde main. Le Croissant Ouest compte toujours un taux de vacance élevé, légèrement au-dessus de 11 %.

Des valeurs locatives immobilières en Île-de-France orientées à la hausse

Le dynamisme global du marché et la tension sur l’offre en Île-de-France entraine mécaniquement une pression sur les loyers. Selon Immostat, le loyer facial des bureaux, hors mesures d’accompagnement, atteint en moyenne au troisième trimestre 2018 :

  • 374 €/ m²/an pour les biens de seconde main, soit + 8 % sur un an
  • 385 €/m²/an pour les biens neufs ou restructurés, soit + 5% sur un an
immostat_loyers_bureaux2018
Les loyers de seconde main , dans Paris intramuros, évoluent entre 380 et 600 €/m² . ©Immostat

Sous l’effet de la raréfaction de l’offre, les entreprises accélèrent le processus de décision en priorité sur la QCA et le Centre/Opéra. Le début de report vers les premières périphéries se font sentir à l’Ouest mais aussi au Sud, notamment pour les grandes entreprises »

Grégoire de La Ferté, directeur des bureaux IDF chez CBRE