Les rues commerçantes attirent les investisseurs

Les rues commerçantes attirent les investisseurs

Sur 1,6 Md € investis dans le commerce, les rues commerçantes suscitent l’appétit des investisseurs français et étrangers au détriment des centres commerciaux et des retail parks.

Les rues commerçantes attirent toujours plus les investisseurs

Gonflés par la vente du 114 Champs Elysées, occupé par la nouvelle boutique Apple Store, acquis par Hines pour le fonds allemand BVK pour 600 M €, les volumes investis dans les rues commerçantes concentrent 65 % des volumes investis en commerce au premier semestre 2018. La rue Saint Honoré, au numéro 277 a fait l’objet d’une cession entre 50 et 100 M € et rue du Faubourg Saint Honoré, c’est le numéro 50 qui a fait l’objet d’une cession de Lanvin à Richemont entre 20 et 50 M €. Dans les régions, quelques ventes ont eu lieu sur Marseille (rue Saint Ferréol), Bordeaux… Sur le « 65 Croisette » à Cannes, une promesse de vente vient d’être signée. Les retails parks occupent la seconde place grâce à la cession d’actifs unitaires de plus de 20 M € sur Saint-Priest ou de portefeuille d’enseignes comme Jardiland ou Léon de Bruxelles. Les investissements sur les centres commerciaux ont chuté fortement.

commerces_typologie_investissement
Les rues commerçantes représentent la majorité des investissements. © Knight Frank

Qui sont les investisseurs en commerce ?

Une étude réalisée par Knight Frank montre que les Français ne représentent plus que 45 % des volumes investis, une part en nette baisse par rapport au premier trimestre du fait du nombre limité de transactions mais aussi de l’acquisition du 114 Champs Elysées pour le compte du fonds allemand BVK. Les assureurs et les Mutuelles se taillent la plus grosse part, (39 %), devant les SCPI/OPCI (24 %), les foncières, les fonds et les privés (12 %).

investisseur_commercesS12018
Les Français représentent 45 % des volumes investis. © Knight Frank

Des taux de rendement à la hausse

Si les meilleurs emplacements en pied d’immeuble des rues commerçantes affichent un rendement faible, les autres sites et classes d’actifs ont des taux de rendement à la hausse, ce qui reflète une prudence des investisseurs vis-à-vis des emplacements 1 bis et secondaires et même parfois sur certains emplacements n°1 ne présentant pas toutes les garanties de rentabilité.

rendement_commerces_S12018
2,75 % en pied d'immeuble, 4,25 % en centres commerciaux, 5 % en retail parks. © Knight Frank