Face à la mobilité au travail, le bureau est-il mort ?

Face à la mobilité au travail, le bureau est-il mort ?

Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, l’avènement du travail mobile ne signe pas la mort du bureau. Bien au contraire : plus on est mobile plus on accorde d’importance à son lieu de travail.

Mobiles, vous avez dit mobiles ?

La mobilité s’impose comme une question centrale pour les salariés, pour les entreprises et pour les pouvoirs publics avec les Assises de la mobilité et des prémisses du Grand Paris. Une enquête réalisée par l’Ifop pour le compte de SFL, Société Foncière Lyonnaise, spécialisée sur l’immobilier « prime » tertiaire parisien, définit trois sortes de salariés mobiles :

  • Mobiles hors du bureau : ce sont les salariés qui travaillent en dehors du bureau au moins une fois par semaine, chez eux ou dans un tiers-lieu, pendant les horaires de travail
  • Mobiles dans les bureaux : il s’agit des salariés qui travaillent dans deux endroits ou plus, dans une journée au bureau
  • Super-mobiles :  ce sont les salariés qui cumulent les deux formes de mobilité et qui ont au moins un rendez-vous professionnel par semaine à l’extérieur du bureau

Chiffre-clé

Pour 72 % des super-mobiles, les bureaux pèsent dans le choix de leur job vs 39 %.

Plus on est mobile, plus le bureau pèse dans le choix de l’entreprise

Selon l’étude Ifop, les super-mobiles prêtent au bureau un « pouvoir » sur la vie de l’entreprise plus fort que les autres :

  • 96 % jugent que les bureaux ont un impact sur l’esprit d’équipe vs 82 %.
  • 94 % pensent  que les bureaux ont un impact sur la performance de l'entreprise.
  • 85 % pensent que les bureaux ont un impact sur le recrutement vs 68 %.

SFL impact salaries supermobiles

Plus on est mobile, plus le bureau est un lieu de vie

Les bureaux des super-mobiles sont équipés pour travailler depuis n’importe quel espace (55 % vs 15 %), offrent la possibilité de bouger pour s’isoler (87 % vs 66 %) et proposent des espaces de convivialité pour échanger (84 % vs 66 %). Ils sont en outre deux fois plus nombreux que la moyenne à ne pas avoir de bureaux attitrés sur leur lieu de travail (21 % vs 8 %). Enfin, contrairement aux autres salariés, les super-mobiles jugent majoritairement que leur bureau est un lieu de vie où ils aiment passer du temps et pas seulement un lieu de travail (52 % vs 38 %).

SFL lieudevie bureau

Le quartier de travail va de pair avec la mobilité au bureau

Pour les salariés super-mobiles, le lieu de travail ne se résume pas au bureau. Il intègre aussi le quartier de travail. Ils choisissent des quartiers centraux et accessibles (57 % de très satisfaits vs 33 %), bénéficiant d’un cadre privilégié (79 % vs 61 % sont satisfaits du cadre de vie) qui leur permettent de se déplacer à pied : 69 % se promènent régulièrement à pied dans leur quartier de travail vs 46 %. Une mobilité intra-quartier qui a des vertus pour leur activité business puisque 70 % des super-mobiles y croisent régulièrement par hasard des relations professionnelles (vs 32 %).

SFL bureau quartier