Centres commerciaux : la course aux ouvertures dans toute l’Europe

Centres commerciaux : la course aux ouvertures dans toute l’Europe

En Europe, les centres commerciaux se multiplient, acquis par des investisseurs internationaux. Et ce n’est qu’un début. Près de 10 millions de m² vont alimenter le marché en 2016 et s’ajouter aux 153 millions de m² déjà existants.

C’est un véritable raz-de-marée de centres commerciaux qui déferle sur le continent européen. Du plus petit au XXL, des capitales aux villes moyennes, en Europe de l’Ouest comme en Europe de l’Est, les centres commerciaux prolifèrent. L’étude « European shopping center », réalisée par Cuhsman & Wakefield, analyse ce mouvement.

Centres commerciaux : la folie des grandeurs

Au premier semestre 2015, c’est 1,4 million de m² de surfaces de ventes qui a été lancé. Ce volume va être multiplié par trois au second semestre. La Russie, la Turquie et la Pologne vont concentrer plus de 60 % des nouvelles surfaces à venir, suivies par la France et le Royaume-Uni. En Europe centrale et de l’est, l’activité est soutenue par des grands projets d’envergure. En Europe de l’ouest, après le développement de centres de petite et moyenne taille au premier semestre, les ouvertures de projets XXL sont de retour :

  • « Mall of Scandinavia », 100 000 m² (Suède).
  • « Arese », 92 000 m²  (Italie).
  • « Polygone Riviera », 75 000 m² (France).

Bon à savoir

Les centres commerciaux les plus grands en France, comme dans d’autres pays européens, ne se contentent plus d’accumuler les enseignes. Il faut aussi du retailentainment alliant boutiques, sports, culture , loisirs et bien-être.

L’appétit sans relâche des investisseurs pour le commerce

Le commerce et particulièrement les centres commerciaux font partie des nouvelles stratégies des investisseurs, le rendement étant plus attractif que celui des bureaux.  Ainsi, près de 18 milliards d’euros ont été investis rien qu’au premier semestre, soit + 71 %  en année glissante. Plus de 40 % de ces capitaux ont été placés au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne. Cependant, la recherche de rendements plus élevés devrait profiter aux marchés d’Europe de l’Est, moins pourvus, qui sont d’ores et déjà dans les radars des investisseurs.

La dynamique et le niveau de l’offre dans chaque ville sont au cœur de prises de décision des investisseurs lors de leur stratégie d’allocation de leurs capitaux. Des villes comme Istanbul, Ankara, Londres, Sofia et Prague, en sous-offre tout en bénéficiant d’une croissance des ventes au-dessus de la moyennes, devraient retenir l’attention des investisseurs ».

Justin Taylor, directeur EMEA Commerce chez Cushman & Wakefield

La rédaction vous conseille: