10,7 Mds € investis en immobilier tertiaire au premier semestre 2018

10,7 Mds € investis en immobilier tertiaire au premier semestre 2018

Les sommes engagées en immobilier d’entreprise, au premier semestre, totalisent 10,7 Mds €, en hausse de 34 % par rapport à l'année 2017 et de 54 % par rapport à la moyenne décennale. Les investisseurs sont également répartis entre Français et étrangers.

Les transactions supérieures à 100 M € animent le marché tertiaire

À l’image du marché locatif, le marché de l’investissement est porté par le dynamisme des grands deals. Selon Knight Franck, au premier semestre, 32 transactions supérieures à 100 M € totalisent 6,9 Mds €, soit une hausse de 98 % sur un an. Les opérations de plus de 200 M € ont également animé ce marché : 12 ont été recensées pour un volume de 4,1 Mds € contre 1,2 Mds € au premier semestre 2017.

Bon à savoir

L’Île-de-France s’est taillée la part du lion avec 27 des 32 transactions de plus de 100 M €. Les volumes investis s’élèvent à 8,7 Mds €, en progression de 52 % sur un an.

Les bureaux captent 8,1 Mds € sur des actifs majoritairement franciliens

Les 8,1 Mds € investis sur le marché français des bureaux pour le premier semestre représentent 76 % de l’ensemble des montants engagés dans l’Hexagone. Paris suscite toujours l’appétit des investisseurs : la capitale a concentré 56 % des sommes investies en bureaux en Île-de-France, assez équitablement réparties entre le QCA et les autres quartiers. Le Croissant Ouest et la 1ère couronne Nord profitent de la bonne tendance et concentrent à eux deux 38 % des volumes investis en Île-de-France.

Le rééquilibrage géographique du marché a bien eu lieu. La prise de risque des investisseurs ne se limite pas à la capitale. Confortés par la faiblesse de l’offre neuve et les améliorations promises par les grands projets urbains, ces derniers parient sur d’autres secteurs moins établis de l’Île-de-France comme Saint-Denis ou Fontenay-sous-Bois ».

Vincent Bollaert, directeur du département Investissement chez Knight Frank.

1,6 Mds € affectés aux commerces principalement sur les grandes artères

Le 1,6 Mds € représentent 15 % des montants engagés en immobilier d’entreprise, en hausse de 23 % en un an. Mais cette progression est trompeuse, alimentée par l’exceptionnelle transaction de 600 M € par l’investisseur allemande BVK pour l’Apple Store des Champs Élysées. Sans ce Mega deal, les montants engagés auraient été inférieurs de 52 % à la moyenne des cinq dernières années. L’activité des commerces reste en effet bridée par l’inadéquation entre l’offre disponible et la demande sélective des investisseurs. Les rues commerçantes parisiennes ou des grandes métropoles régionales attirent largement les investisseurs : plus d’1 Mds €, soit 65 % de l’activité. Le marché des centres commerciaux reste atone avec seulement 14 % des sommes engagées en commerces pour le premier semestre.

Bon à savoir

Un peu plus d’1 Mds € ont été investis sur le marché de l’immobilier industriel, soit une progression de 20 % en un an. Cette hausse est révélatrice de l’appétit des investisseurs étrangers pour la logistique.

Français/Étrangers : un équilibre quasi parfait

Si le marché de l’investissement reste majoritairement animé par les Français, ces derniers ne comptent « que » pour 55 % de l’ensemble des volumes investis dans l’Hexagone ce premier semestre. Leur part était de 69 % sur l’ensemble de 2017, dopé par les acquisitions réalisées par Amundi. Du côté des étrangers, les Allemands arrivent en tête avec 13 % des volumes engagés tant dans les commerces que les bureaux ou la logistique. Les Nord-Américains arrivent en deuxième position avec 12 %. Les Asiatiques occupent la troisième place, à 6 %.

Bon à savoir

Les taux de rendement « prime » des bureaux restent au plancher, entre 3 et 3, 25 % à Paris, 3,9 % en régions. Ceux du commerce s’établissent à 2,75 % pour les meilleurs emplacements. Dans la logistique, ils se situent entre 4,75 et 5 %.