Enseignes : l’équipement de la maison prospère, l’habillement plonge !

Enseignes : l’équipement de la maison prospère, l’habillement plonge !
partage(s)

Dans une conjoncture économique globalement malmenée et un pouvoir d’achat de plus en plus serré, certaines enseignes s’en tirent mieux que d’autres. Panorama et explications.

Une étude menée par Cuhsman & Wakefield, au second trimestre 2015, s’est penchée sur divers segments de marché pour savoir quels étaient ceux qui progressaient, stagnaient ou fléchissaient, à Paris, en Île-de-France, en province où ils reflètent le mode de consommation. Et comment les groupes redistribuent les cartes.

Equipement de la maison en hausse avec le cocooning et le bricolage

L’équipement du foyer, selon l’Insee, affiche des hauts et des bas depuis 2011 mais remonte depuis février 2015. Plusieurs facteurs expliquent cette situation :

  • Une recherche de bien-être chez soi.
  • Une propension au bricolage pour minimiser les frais.
  • Un secteur relativement préservé du e-commerce (hors micro-informatique).

Néanmoins, la cyclicité des ventes, hors électroménagers et micro-informatique, attise la compétition des géants sectoriels tels Ikéa, Conforama ou But. Ikéa vise 7 implantations d’ici 2017 dont une dans Paris. De son côté, Leroy Merlin va s’installer à la Madeleine, à Paris, sur 5 000 m² à la place du parking Palacio.

Restauration : stabilité avec prime à la restauration rapide

Les chiffres de la restauration  sont, selon l’Insee, sous leur ligne de flottaison. La restauration reflète un poste d’économies chez les consommateurs. Mais elle reflète aussi un poste d’arbitrage de consommation. La restauration rapide occupe le devant de la scène grâce à son ticket moyen plus faible et à son taux de rotation plus important. Et à côté des géants comme Mac Donald’s et Burger King qui déclinent diverses gammes, le fast-good/fast casual comme Cojean, visant une clientèle de jeunes cadres, commence à se tailler une bonne part de cette restauration rapide.

Culture et loisirs : stable malgré l’e-commerce

Le monde commercial de la culture et des loisirs avec Virgin, Chapitre, Surcourf, etc. font les frais d’un secteur confronté par le e-commerce et sur ses contours par l’offre culture-loisir de la grande distribution. La Fnac, selon l’étude, semble avoir réussi  cette année ses remaniements avec son installation de 6 magasins sur un  format de proximité et accroît cette stratégie d’expansion. En mars 2015, un 3 ème Fnac Connect de 750 m² s’est ouvert à Aubenas.

Textile et habillement : la chute continue !

Les ventes de textile diminuent depuis 2007. Selon l’Institut français de la mode, les achats de prêts à porter sont passés de 32 millions d’euros à 29 millions en 2014. Pour 2015, les professionnels prévoient un nouveau repli, de l’ordre de 1 %. Cette tendance n’est pas seulement française puisque toute l’Europe continentale subit ce même mouvement. Deux facteurs peuvent expliquer ce phénomène :

  • Les achats en boutique se concentrent sur les périodes soldes/promotions.
  • Les achats sur Internet s’échelonnent tout au long de l’année.

Bon à savoir

Les grandes marques de l'habillement se livrent néanmoins une véritable bataille d'emplacement et s’installent dans le 6 è arrondissement de Paris : Uniqlo va louer plus de 1 000 m² à la Fnac, rue de Rennes. Et H&M prévoit l’ouverture d’un magasin boulevard Saint Germain .

La rédaction vous conseille :