Les loyers des gratte-ciel londoniens résistent au Brexit

Le Brexit ne semble pas entraver la bonne tenue de l'immobilier des gratte-ciel londoniens. © Fotolia
partage(s)

Si les loyers des gratte-ciel à Londres n’ont pas augmenté au premier semestre, ils font preuve d’une belle résistance face au Brexit. Ces derniers arrivent en effet en 4e place dans le classement des valeurs locatives mondiales sur le segment des building.

1 227 €/m² de loyer pour des bureaux en gratte-ciel à Londres

Le courtier anglais Knigth Frank vient de publier son rapport sur le loyer des grandes villes mondiales. Son indice « Skyscraper » sur les valeurs locatives des bâtiments commerciaux de plus de 30 étages à travers le monde révèle que Londres tire son épingle du jeu avec un loyer moyen de 1 227 €/m²/an.

Nous avons observé une forte croissance de la location dans les gratte-ciel à Londres au cours des deux dernières années et les loyers résistent bien en dépit de l’incertitude économique qui découle du résultat du référendum européen ».

Will Beardmore-Gray, chargé de l’activité locative et des agences au niveau mondial chez Knight Frank.

Des loyers élevés qui restent loin derrière ceux de Honk-Kong ou de Manhattan

L’étude porte son attention sur d'autres villes européennes mais aussi sur des villes américaines ou asiatiques comptant des gratte-ciel. Les loyers varient de 2 681 €/m²/an à Hong-Kong à 275 €/m²/an à Madrid en passant par 874 €/m²/an à Sidney ou 505 €/m²/an à Francfort.

Top 12 des loyers des gratte-ciel en €/m²/an

  1. Hong-Kong : 2 681 €
  2. New York (Manhattan) : 1 521 €
  3. Tokyo : 1 441 €
  4. Londres : 1 227 €
  5. San Francisco : 1 089 €
  6. Sydney : 874 €
  7. Boston : 741 €
  8. Singapour : 693 €
  9. Shanghai : 692 €
  10. Pékin : 606 €
  11. Chicago : 568 €
  12. Paris (La Défense) : 545 €

Bon à savoir

C’est dans les tours de Shanghai que les loyers ont le plus augmenté au cours du premier semestre (+ 7,6 %) suivi par Sydney (+ 6,5 %) et par Hong-Kong (+ 5,9 %). Les villes de londres, Paris/La Défense, Tokyo, Boston, Chicago, Madrid sont restées stables. Singapour est la seule grande métropole mondiale à afficher une baisse de 7 %, due à une offre excédentaire.