Le renouveau des retail parks en France

Situés en dehors de la ville, les retail parks connaissent un nouveau souffle. © Fotolia
partage(s)

Les commerces des périphéries, appelés retail parks, connaissent un franc succès. Le développement des produits de nouvelle génération attirent les investisseurs en recherche de diversification de patrimoine.

Retail parks : plus de 400 000 m² de commerces livrés chaque année

Nés à la fin des années 1990, les parcs d’activités commerciales de périphérie appelés depuis une dizaine d’années « retail parks » ont connu un véritable engouement. Aujourd'hui, la France dispose de 6 M de m² de ces commerces. Une croissance qui ne s’est pas faite de façon linéaire mais avec des pics de production, notamment en 2007 où 672 000 m² de nouvelles surfaces ont été inaugurées. Chaque année, ce sont 425 000 m² de commerces qui sont livrés en moyenne et 2016 sera dans cette lignée, confirmant que la production a atteint son rythme de croisière. Depuis le début de l’année, plus de 700 M d’€ ont été investis, un montant supérieur à celui de la moyenne annuelle sur le long terme et représentant près de 27 % de l’ensemble des volumes placés sur le marché français de l’immobilier des commerces.

Bon à savoir

Les retail parks ont réalisé une forte percée en Europe avec 37 M de m² construits entre 1998 et 2015. La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne totalisent les deux tiers de l’ensemble de ce parc.

Une approche plus qualitative du commerce en périphérie

Longtemps décriés par une « pollution » des entrées de ville alliant quasiment petits entrepôts et surfaces commerciales, les parcs d’activités commerciales de périphérie bénéficient aujourd’hui d’une nouvelle approche du commerce. Pas question d’être dans le bas de gamme au niveau des enseignes ou des vitrines… Au contraire, les retail parks gagnent du terrain pour plusieurs raisons :

  • Une cohabitation entre enseignes à petits prix et enseignes plus qualitatives, parfois présentes en centre-ville ou dans les centres commerciaux.
  • Une forte demande au niveau des biens d’équipement de la maison, présents de longue date dans les retail parks.
  • Un arbitrage des enseignes qui ferment leurs magasins les moins performants et se tournent vers les parcs d’activité commerciale de périphérie, plus abordables au niveau des loyers et des charges que les centres commerciaux et les pieds des immeubles.
  • Une proximité avec la ville (les retail parks se situant à l’entrée des villes et non à des dizaines de kilomètres qu’exige un centre commercial de milliers de m²).

Pour répondre à des clients exigeants, changeants et hyper sélectifs, le commerce de périphérie devrait poursuivre sa mutation pour accueillir des consommateurs à la recherche d’un environnement qualitatif ainsi que de prix attractifs ».

Christian Dubois, Head of Retails Services France chez Cushman & Wakefield