Le crowdfunding, ça marche aussi pour financer un commerce !

Le crowdfunding, ça marche aussi pour financer un commerce !

De plus en plus répandu dans tous les domaines, le financement participatif, également appelé crowdfunding, donne l’opportunité de faire appel à des personnes afin de financer un commerce.  

Le crowdfunding permet de pallier la frilosité des banques

Pour l’immense majorité d’entre eux, les commerçants ont généralement besoin de recourir au prêt bancaire afin de financer l’ouverture de leur établissement, ou pour réaliser des aménagements nouveaux. Lorsque l’on sait qu’il faut réunir en moyenne 300 000 € pour pouvoir ouvrir un restaurant, il n’est pas étonnant d’imaginer que la plupart des commerçants ont besoin de cette aide de la part des banques afin de mener leur projet à son terme. Cependant, nombreux sont les commerçants qui se voient refuser un prêt, les banques se montrant de plus en plus exigeantes, voire méfiantes.

Bon à savoir

Le crowdfunding est donc une alternative qui s’offre aux commerçants et leur permet de soumettre leur projet à des particuliers qui vont se substituer aux banques afin de soutenir financièrement leur projet.

Le soutien financier d’un commerce peut prendre plusieurs formes :

  • Il peut s’agir d’un don sans contrepartie, mais ce type de participation se pratique généralement dans le cadre de projets associatifs.
  • Il peut s’agir d’un don avec contrepartie, qui consiste à participer financièrement à un projet en échange d’une contrepartie qui peut prendre des formes différentes selon les commerces.
  • le crowdfunding peut également prendre la forme d’un prêt, ce qui signifie que des particuliers participent au financement du projet en échange de bénéfices futurs.

La forme que prend la campagne de financement participatif dépend généralement du montant que souhaite récolter le commerçant.

Bon à savoir

Le crowdfunding pour un commerce peut prendre la forme d’un don sans contrepartie bien qu’il soit plus répandu dans le milieu associatif, d’un don avec contrepartie ou d’un prêt.

Le financement participatif permet de communiquer autour de son commerce

Au-delà de l’apport financier que génère une campagne de crowdfunding, l’un des principaux intérêts réside dans le fait de pouvoir communiquer autour de son commerce. En effet, les commerçants qui se lancent dans une telle campagne ont la possibilité de diffuser largement l’annonce de leur projet auprès des particuliers, de le faire connaître et de mettre en avant ses atouts et ses singularités. Cette démarche est d’autant plus intéressante pour les petits commerçants dont les établissements sont au cœur de la vie locale, et qui permet aux habitants de s’investir pleinement dans cette vie de quartier et de contribuer à son dynamisme.

De plus, le crowdfunding instaure généralement une relation particulière entre le commerçant et les contributeurs, qui peuvent devenir des clients réguliers et qui sont plus sensibles au sort qui est réservé aux petits commerces. Le financement participatif est donc l’occasion pour le commerçant de faire valoir l’intérêt de son commerce et à travers lui, celui des habitants du quartier.

Conseil Agorabiz

Une campagne de crowdfunding doit consister en une réelle mobilisation de la part du commerçant : les contributeurs ne se sentiront pas concernés s’il ne communique pas un minimum autour de cette campagne.

Les précautions à prendre avant de lancer une campagne de crowdfunding

Pour qu’une campagne de crowdfunding aboutisse et attire un maximum de contributeurs, le commerçant doit mettre en place une stratégie :

  • Pour que les mécènes soient nombreux, le commerçant, à l’origine de cette campagne de financement participatif, doit informer régulièrement les contributeurs sur l’avancée de sa levée de fonds.
  • Il est indispensable que le commerçant utilise des outils tels que les réseaux sociaux pour faire connaître sa campagne et expliquer en quoi son projet est incontournable.
  • Les plates-formes de financement participatif prélèvent une commission sur le montant final que perçoit le commerçant : il s’agit de fixer le montant de la levée de fonds en conséquence, mais de fixer un objectif raisonnable. En effet, si le montant est trop élevé, les contributeurs auront la sensation que l’objectif est irréalisable et ils pourront se décourager et renoncer à participer.

Les points clés à retenir

Le crowdfunding existe aussi pour les commerces, et cette opération présente l’intérêt de pallier la frilosité des banques et de communiquer autour de son projet tout en se constituant un réseau de prospects. Il s’agit néanmoins de mettre en place une certaine stratégie afin que la campagne de financement participatif attire un maximum de contributeurs.

La rédaction vous conseille :