Le commerce coopératif et associé, acteur local incontournable

Le commerce coopératif et associé, acteur local incontournable

La cohésion des territoires passe par la dynamisation des villes, même les plus petites et par le commerce qui y contribue activement. Le commerce coopératif et associé, bien ancré dans les villes de moins de 10 000 habitants, en est l'un des acteurs, générateur de richesse locale.

Le commerce coopératif et associé, c’est quoi ?

Selon la fédération du commerce coopératif et associé, FCA, le commerce coopératif et associé est un « modèle économique qui permet à des candidats de devenir entrepreneur, de créer ou de reprendre des points de vente tout en disposant d’une liberté entrepreneuriale ». Ces entrepreneurs indépendants se regroupent, mutualisent leurs idées et leurs moyens via une centrale d’achats, un concept de ventes et d’enseignes, des opérations commerciales, des écoles de formation… Ces entrepreneurs indépendants sont à la fois membres du réseau et actionnaires de celui-ci, participant alors aux décisions. Parmi les plus connus l’Adresse, Orpi, les Architecteurs dans le secteur de l’immobilier et du logement mais aussi Gedimat pour les matériaux, Crédit Coopératif pour le financement…

Chiffres clés du commerce coopératif
Le commerce coopératif et associé pèse 7 % du PIB en 2016. © Statista

Bon à savoir

  • 150 Mds € de chiffre d’affaires.
  • 30 % du commerce de détail en France.
  • 180 enseignes nationales.
  • 32 600 entrepreneurs associés au travers de 97 groupements.

Le commerce coopératif et associé investit les territoires

Une étude menée par Xerfi, entre 2011 et 2015, sur 14 activités (ameublement, articles de sport, bijouterie, bricolage, hôtellerie, immobilier…) représentant 94 % du chiffre d’affaires du commerce coopératif et associé, en 2016, démontre que cette forme de commerce participe activement à la dynamique des régions et des agglomérations :

  1. La répartition des points de vente est en phase avec la répartition de la population française. Selon l’Insee, 1 Français sur 2 vit dans une ville de moins de 10 000 habitants. Or, 50,8 % des points de vente du commerce coopératif et associé sont implantés dans ces communes. Une proximité qui se vérifie également dans les villes de moins de 50 000 habitants où 10,5 % des Français y sont installés et où le commerce coopératif et associé y possède 16,5 % du parc.
  2. Le déploiement régional et la création de valeur. Le commerce coopératif et associé pèse plus de 30 % du chiffre d’affaires du commerce dans dix régions et près de 40 % dans cinq d’entre elles.
  3. Des points de vente au cœur des agglomérations. Ce type de commerce se déploie en région et crée de la valeur. Il participe à la dynamique des centres-villes et des centres-bourgs : 65,2 % de ces magasins sont situés au cœur des agglomérations pour les 35 villes étudiées par Xerfi.  
  4. Un contributeur à la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). Le commerce coopératif et associé est un important contributeur de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises : il y participe dans neuf régions de France à plus de 32 % et à plus de 50 % dans cinq d’entre elles. Cette CVAE est redistribuée ensuite aux acteurs de la région.

Le commerce coopératif et associé est un agrégat de PME françaises enracinées dans le tissu économique local. Les entrepreneurs adoptent une approche raisonnée et non spéculative. Ils ont une place incontournable dans nos villes car ils produisent de la richesse locale et cette valeur reste au local. Ils redistribuent notre valeur ajoutée aux collectivités territoriales, aux communes et aux régions ».

Eric Plat, président de la Fédération du commerce coopératif et associé