La 5e avenue de New-York est la rue commerçante la plus chère du monde

La 5e avenue de New-York est la rue commerçante la plus chère du monde
partage(s)

La 5e avenue de New-York conserve sa place de leader des rues commerçantes les plus chères du monde. S'en suivent Causeway Bay à Hong Kong et les Champs-Élysées à Paris.

La 5e avenue de New-York n° 1 des rues commerçantes les plus chères

Le cabinet immobilier Cushman and Wakefield a révélé le palmarès des rues commerçantes les plus chères du monde. Avec des loyers moyens de 29 065 €, la 5e avenue de New-York remporte la 1ère place pour la 3e année consécutive. Pour cause, ses valeurs locatives sont deux fois plus élevées que celles des autres rues principales situées ailleurs dans le monde. L’avenue est suivie de près par Causeway Bay à Hong Kong où les loyers commerciaux atteignent 27 884 €/m² puis les Champs-Elysées à Paris avec des loyers moyens de 13 255 €/m2.

New-York reste au coude-à-coude avec Hong-Kong

La célèbre rue New-yorkaise avait ravi la 1ère place à sa rivale de Hong Kong en 2014, après deux ans de suprématie de l'artère asiatique.

Pourtant, les loyers commerciaux sont en baisse de 14 % par rapport à 2015

Si la 5e avenue de New-York reste leader mondiale des rues commerçantes les plus chères, elle a pourtant vu le montant moyen de ses loyers commerciaux reculer de 14 % par rapport à 2015. Une baisse inédite depuis la fin de la crise financière, qui pourrait perdurer en 2017. Une situation qui s'explique avant tout par le fait que les grandes marques internationales revoient à la baisse leurs stratégies d'implantation commerciale. Elles rationnalisent en effet leurs parcs de magasins au profit de leurs sites de vente en ligne par souci d économie. Sans compter le fait qu'elles soient cotées à Wall Street et donc poussées par les marchés à fermer les magasins les moins rentables...

Bon à savoir

A Paris, les Champs-Elysées conservent leur 1ère place au niveau européen, stable par rapport à 2015, malgré le recul du nombre de touristes et des paniers moyens dépensés notamment à cause des attentats qui ont frappé la France.