Des micro-foncières locales pour relancer le commerce et la ville

Des micro-foncières locales pour relancer le commerce et la ville

Les villes moyennes se vident de commerces et d’habitants ou d’habitants et de commerces. Les deux sont liés. Une solution inspirée des sociétés foncières mais à l’échelon local de chaque centre-ville pourrait constituer une piste pour revitaliser les cœurs de ces villes .

Redynamiser les centres-villes, un objectif français

La dévitalisation des centres-villes des communes petites ou moyennes, en commerces et en habitat est désormais actée. Trois facteurs sont répertoriés pour que le centre de ces villes résiste : un bassin de vie dynamique, un aménagement d’espace public et une politique de stationnement adaptée pour que la ville soit attractive avec des surfaces commerciales de périphérie pas trop agressives. Reste à trouver une solution pour régénérer les centres des villes ne réunissant pas ces critères.

Bon à savoir

En moins d’un siècle, la France a perdu près de la moitié de ses boutiques pour n’en compter aujourd’hui que 850 000 alors que dans cette même période, la population a crû de 50 %.

L'idée : créer des micro-foncières locales avec des acteurs privés locaux

L’idée de monter des micro-foncières locales vient du Conseil national des centres commerciaux (CNCC). Il s’agirait en fait, à l’image des grandes foncières comme Unibail-Rodamco, de faire un tour de table des professions libérales d’une ville disposant des capacités d’investissement, de monter une micro-foncière pour acheter et exploiter un patrimoine immobilier. Cette formule permettrait à ces locaux d’investir financièrement dans leur cadre de vie et, par ricochet, de l’étendre et le dynamiser. Ainsi, la micro-foncière pourrait racheter des baux commerciaux dans les plus beaux emplacements du centre-ville afin d’assurer le portage entre deux activités tout en mobilisant les locaux temporairement disponibles pour des activités éphémères ou solidaires.