Boutiques test, aides locales... les propositions pour revitaliser les villes moyennes

Boutiques test, aides locales... les propositions pour revitaliser les villes moyennes

Un nouveau rapport sur la revitalisation commerciale des villes moyennes a été rendu publique. Proposé par André Marcon, il s’inscrit dans le cadre des suites du programme « Action cœur de ville ».

Un nouveau rapport sur la revitalisation commerciale des villes moyennes

Le commerce connait sa plus profonde mutation commerciale depuis 30 ans et doit gérer des contradictions : développement du e-commerce mais attentes croissantes de services de proximité, appétence pour les produits du terroir achetés chez le producteur mais croissance des achats en drive, croissance des surfaces commerciales depuis dix ans mais explosion des friches commerciales… Ces constats sont connus, il restait à mettre les moyens pour redresser les commerces, élément indispensable à la vie d’une commune.

Au vu des constats dramatiques de la situation, je pensais qu’il allait falloir faire preuve de beaucoup d’ingéniosité pour inverser cette tendance suicidaire. Je me suis rendu compte que de nombreux outils existaient déjà mais qu’il fallait les faire connaître, les booster et surtout les mettre en synergie ».

André Marcon, pilote de la mission revitalisation des centres-villes, président honoraire des chambres de commerce et d'industrie de France.

Les pistes pour reconquérir le commerce de centre-ville

Dans ce rapport de 150 pages, André Marcon identifie chaque problème et suggère une proposition. Concernant spécifiquement le commerce de centre-ville des villes petites et moyennes, voici les principales pistes :

  • Impliquer tous les acteurs concernés : maires, présidents des intercommunalités, associations de commerçants, managers de centre-ville, professionnels des marchés appuyés par des managers de centre-ville.
  • S’appuyer sur des diagnostics étayés ( études d’opérateurs publics, mise en place d’indicateurs de suivi, de référentiels fonciers…) et sur l’étude nationale sur la vacance commerciale prochainement lancée.
  • Proposer des « boutiques Test » ; boutique à l’essai, boutique éphémère…Cela permettrait aux nouveaux commerçants d’expérimenter leurs projets et de transformer une période probatoire en période durable. Cette période probatoire ne devrait pas excéder 2 mois pour la boutique éphémère et 6 mois pour la boutique à l’essai.
  • Accélérer le développement de centres-villes connectés et de l’omni-canalité. Une étude rappelle que si 36,5 millions de français achètent sur Internet, 29 % des e-acheteurs profitent du retrait d’une commande dans un point relais pour y acheter d’autres produits. Il y a donc une forte complémentarité entre les outils numériques et le commerce physique, d’où la nécessité d’accélérer le déploiement de la fibre en centre-ville, d’encourager la mise à disposition de plates-formes numériques, d’étudier l’opportunité d’implanter des conciergeries numériques en centre- ville.
  • Relancer l’innovation en centre-ville via un fond d’aide à la créativité finançant le recours à des designers.
  • Faciliter la reprise des commerces existants avec l’étalement du paiement des droits de mutation, l’extension des aides fiscales existantes en cas de reprise par les salariés, s’interroger sur cette spécificité française qu’est le cumul droit au bail + pas de porte trop lourd à supporter.

Bon à savoir

Le rapport préconise de supprimer la fermeture des commerces de bouche le dimanche à 13 h sous condition d’un accord collectif préalable pour les établissements de moins de 3 000 m². Il suggère également l’ouverture des magasins à midi pour stimuler l’attractivité des centres des petites villes.